Dans nos placards queers (1/4) : S’habiller quand on est butch

Publié le

Quand on est tomboy ou butch, remplir son dressing est une expérience à la croisée des genres. Entre premiers essayages, galères de taille et audaces de looks, les butchs ouvrent leurs placards. Premier épisode d'une enquête en quatre épisodes de Manon Walquan avec Simon Lambert.

Amandine aka Glitter Butch chez elle devant son dressing - Simon Lambert pour Komitid
Article Prémium

Piercing septum et casquette, Camille regarde au loin l’objectif, sur son post Instagram. A 23 ans, elle est devenue une « tomboy model » et publie régulièrement des photos d’elle dans des looks androgynes. Larges chemises à carreaux, tee-shirt blanc… elle joue avec les codes du vestiaire masculin.

Comme elle, la plateforme compte nombre d’influenceuses tomboy ou butch. « J’ai participé à la campagne #showus de Getty Images », explique-t-elle avec fierté. Le projet, en partenariat avec Dove et Girl Gaze, a donné naissance à une banque de 5000 photos pour “casser les stéréotypes de la beauté ». Une expérience marquante pour la jeune professeure d’espagnol, qui vit à Strasbourg. « Je n’ai jamais vu personne qui me ressemblait dans le milieu de la mode », confie-t-elle. Hormis quelques personnalités comme les tops Cara Delavigne et Erika Linder, les modèles androgynes et ouvertement queers sont encore rares.

Les butchs hors-la-loi ?

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous