Lutte contre l'homophobie dans le foot : la croisade sans fin de Yoann Lemaire

Publié le

En 2010, ce footballeur amateur se faisait exclure de son club en raison de son homosexualité. Dix ans plus tard, Yoann Lemaire reste une icône de la lutte contre l’homophobie dans le sport. Portrait.

Yoann Lemaire, à Paris, en février 2020 - Simon Lambert pour Komitid
Yoann Lemaire, à Paris, en février 2020 - Simon Lambert pour Komitid
Article Prémium

« J’ai décidé d’embêter tout le monde ». Voilà comment résume Yoann Lemaire sa décision de réaliser son documentaire « Footballeur et homo : au cœur du tabou » . Au fond, sa remarque colle aussi plutôt bien à l’image des dix années qu’il vient de passer.

Pourtant, il n’y a pas grand-chose qui prédestinait cet homme au regard doux et au contact facile à devenir la figure de proue de lutte contre l’homophobie dans le football. Footballeur passionné depuis l’enfance, il évolue dans un petit club aux confins des Ardennes, à deux pas de la Belgique, en parallèle de son travail de technicien de maintenance dans une usine.

Éjecté de son club

En 2010, il se fait éjecter de son club, le FC Chooz. Raison de son exclusion ? Avoir fait part publiquement de son homosexualité. « Au fin fond des Ardennes dans mon équipe, on ne connaissait pas d’homo. C’était hyper tabou, on n’en parlait pas », raconte-t-il devant un café, dans un bistrot du 16e arrondissement de Paris. L’affaire est médiatisée. Les réactions pleuvent. Le combat commence.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous