Leo Varadkar, le visage d'une Irlande moderne face aux urnes

Publié le

Métis, gay et âgé seulement de 41 ans, le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, symbolise la libéralisation d'un pays réputé conservateur. Après moins de trois ans au pouvoir, il affronte le verdict des urnes pour la première fois samedi 8 février.

leo varadkar
Leo Varadkar, l'actuel Premier ministre de l'Irlande - Alexandros Michailidis / Shutterstock
Article Prémium

Leo Varadkar, médecin de formation à la carrière politique météorique est arrivé au pouvoir en juin 2017. Il a pris la tête du parti de centre-droit (Fine Gael) au pouvoir après la démission du Premier ministre Enda Kenny, dont le gouvernement était plombé par des mesures impopulaires.

Lors du scrutin de samedi 8 février, les électeur.rice.s pourront se prononcer sur ses deux ans et demi à la tête du gouvernement, à l'issue d'une campagne où il s'est posé comme l'homme capable de tenir la barre à travers la tempête du Brexit.

Leo Varadkar est né le 18 janvier 1979 d'un père médecin immigré indien et d'une mère irlandaise, infirmière. A l'âge de sept ans, il ambitionne d'être ministre de la Santé. Il fait ses études au Trinity College de Dublin, considéré comme la plus prestigieuse université irlandaise, et obtient en 2003 son diplôme de médecine, pour être généraliste.

Pendant ses années d'études, il est un membre actif du mouvement de jeunesse du Fine Gael et occupe le poste de vice-président des jeunes du Parti populaire européen. En 2007, à 28 ans, il est élu à la chambre basse du Parlement irlandais, le Dáil Éireann, dans la circonscription de Dublin ouest.

Sa formation arrive au pouvoir aux législatives de 2011, alors que le parti rival, le Fianna Fáil, se voyait reprocher d'être responsable de la récession qui a ravagé l'économie. De 2011 à 2016, il enchaîne les postes de ministre, d'abord aux Transports, Tourisme et Sports, puis à la Santé.

« Pas un secret »

En 2015, avant le référendum ouvrant le mariage aux couples de même sexe, Leo Varadkar a révélé publiquement son homosexualité.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous