En fuite, une femme bie porte plainte après avoir été torturée et « exorcisée » en Tchétchénie

Publié le

Une femme bie russe ayant fui la Russie a porté plainte pour avoir été torturée et internée de force en Tchétchénie auprès du comité d'enquête russe, selon le Russian LGBT Network.

Une pancarte pour la Tchétchénie lors de la Pride de Londres 2017 - Sandor Szmutko / Shutterstock
Une pancarte pour la Tchétchénie lors de la Pride de Londres 2017 - Sandor Szmutko / Shutterstock
Article Prémium

Une femme bie russe ayant fui la Russie a porté plainte pour avoir été torturée et internée de force en Tchétchénie, région où les répressions homophobes sont régulièrement dénoncées, afin d'« exorciser les mauvais esprits » en elle.

Aminat Lorsanova, 22 ans, a déposé cette semaine sa plainte auprès du comité d'enquête russe, demandant d'engager des poursuites contre ses parents, un exorciste et le personnel d'un hôpital psychiatrique de Grozny, la capitale tchétchène, selon le Russian LGBT Network.

Une porte-parole de cette association russe de défense des droits des personnes LGBT+, qui a aidé Mme Lorsanova a fuir à l'étranger l'année dernière, a indiqué jeudi à l'AFP qu'ils n'avaient pas encore reçu de réponse.

Internée à deux reprises

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous