Sidragtion : Comment 60 drag queens, drag kings et club kids ont réussi à récolter 12 000 euros pour Sidaction

Publié le

Pour la journée mondiale de lutte contre le VIH/sida, plus de 60 drag-queens, drag-kings et club kids ont déferlé dans les rues de Paris pour récolter des fonds pour Sidaction. Reportage en images au Sidragtion 2019.

Sidragtion
De gauche à droite : Enza Fragola, Emily Tante, Morphoza, Gazelle von Lear - Xavier Héraud pour Komitid
Article Prémium

30 novembre, 18 heures. Le sous-sol du Centre LGBT de Paris Ile-de-France est plein à craquer de drag queens, de drag kings et de club kids. Nous sommes à la veille de la Journée mondiale de la lutte contre le VIH/sida et la communauté drag se réunit à Paris – et à Lille – pour un rendez-vous désormais incontournable : le Sidragtion.

Armé.e.s chacune d’une boîte-tirelire, les drags vont déambuler dans les rues du Marais pendant quasiment trois heures, par un froid de canard de surcroît. Leur mission : récolter des fonds qui seront intégralement versés à Sidaction.

C’est Enza Fragola, la drag moustachue aux tenues inventives et bricolées, qui est à l’origine de l’événement en France. Elle s’est inspirée des drags néerlandaises de la House of Hopelezz qui mènent une opération de ce type tous les 1er décembre aux Pays Bas.

« Il y avait un petit côté drag-attack dans la rue qui me plaisait bien »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous