Militant.e.s LGBT+ dans une organisation de gauche, ce « douloureux problème » ?

Publié le

Pour Komitid, plusieurs militant.e.s témoignent de leurs difficultés à mobiliser l’ensemble de leur orga sur les luttes LGBT+ et parlent des solutions qu'ils et elles mettent en place. 

LGBT+
Le cortège du NPA à la Marche des fiertés 2015, à Paris - Delphine Dauvergne
Article Prémium

Les luttes LGBT+ ont pu souvent être considérées comme secondaires en interne dans les organisations (syndicat, parti…) de gauche, même si elles figurent dans les revendications affichées. Dans notre enquête, plusieurs militant.e.s témoignent de leurs difficultés à mobiliser l’ensemble de leur « orga » sur les luttes LGBT+ et des solutions qu'ils et elles mettent en place.

« Comme dans tous les partis, tous les adhérent.e.s n’arrivent pas par les mêmes angles… Il peut y avoir des personnes qui considèrent les droits LGBTI comme non-prioritaires, une réaction que j’ai vu lors de la constitution des programmes électoraux pour les municipales », témoigne Mathilde, 25 ans, militante à Europe-Écologie Les Verts.

Si les droits des personnes LGBTI+ figurent aux programmes nationaux de nombreux partis de gauche, la réalité est toute autre sur le terrain, où ces luttes sont parfois considérées comme accessoires.

« Quand j’étais au PS je me suis sentie trahie lorsqu’il y a eu le recul sur la promesse de la PMA. De ce qu’on m’avait fait comprendre il y avait d’autres priorités… », se souvient Malorie, 29 ans. Plus à gauche, la situation est similaire. « Dans l’extrême-gauche, il y a des difficultés à prendre les luttes LGBTI au sérieux… Au moment de la mobilisation pour le mariage pour tou-te-s, les camarades ont mis très longtemps à accepter de prendre la mesure de ce qui se passait. Pour certains, ce mouvement était un sujet de diversion pour ne pas parler des fermetures d’usines », illustre Pauline*, qui a milité au NPA pendant plusieurs années.

« Milieu très viriliste »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • phil86

    Chez les LGBT lambda le militantisme est de plus en plus mal perçu : il est de plus en plus vu comme agressif et intolérant. Je pense que la forme de militantisme qui perdure n’est plus adaptée. Mais je doute que les associations militantes soient en mesure de se remettre en cause tellement elles sont persuadées d’être dans le vrai. Le militantisme a ce gros défaut d’être dans l’incapacité d’un retour réflexif sur lui-même, sur ses actions et ses paroles pas toujours très opportunes.

  • arnosa

    Eh oui les homophobes sont partout et parfois là où ne les attend pas 🙂
    G. H., maoïste, a longtemps dû cacher son homosexualité 😕