Découvrez Auróra, refuge pro-LBGT+ dans la Hongrie ultra conservatrice d’Orbán

Publié le

Le 23 octobre dernier, des néonazis ont brûlé le drapeau arc-en-ciel flottant devant l’entrée de ce lieu symbolique de la contre-culture budapestoise à la fois cible des extrémistes et de l’exécutif. Reportage.

Auróra
Le drapeau arc-en-ciel est revenu sur le centre Auróra, à Budapest - Joël Le Pavous pour Komitid
Article Prémium

Viktória Radványi est encore sous le choc. En un an et demi de militantisme à la Budapest Pride, la jeune femme n’avait jamais imaginé qu’un rainbow flag puisse finir en cendres tout près de son bureau.

Pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé le 23 octobre, jour de fête nationale, en marge d’un rassemblement organisé par des sympathisants du parti d’extrême-droite Mi Hazánk (Notre Patrie) devant le café-centre communautaire Auróra, refuge d’associations et ONG défenseures des minorités. Le procès-verbal rédigé par la police n’évoque que du simple « vandalisme ».

« Depuis janvier 2019, cela faisait déjà huit fois que des néonazis ou des ultracatholiques perturbent des événements LGBT hébergés au sein d’Auróra. Les auteurs de l’autodafé avaient clairement annoncé leur intention sur Facebook et sont arrivés sur place sans aucune présence policière », raconte Viktória à Komitid.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous