Équateur : Pamela et Gabriela, militantes pour le mariage pour toutes, savourent leur victoire… et vont bientôt se marier !

Publié le

Un mois après la légalisation du mariage des couples de même sexe, Komitid a rencontré Pamela, Gabriela, Efraín et Javier, quatre activistes qui se sont battu.e.s pendant de longues années pour l'égalité des droits. Reportage.

Gabriela Correa et Pamela Troya dans un café de Quito, la capitale équatorienne - Angélique Mangon pour Komitid
Gabriela Correa et Pamela Troya dans un café de Quito, la capitale équatorienne - Angélique Mangon pour Komitid
Article Prémium

Assise à la terrasse d’un café de Quito, la capitale équatorienne, Pamela Troya serre la main de sa fiancée Gabriela Correa et la regarde en souriant. Ensemble, les deux jeunes femmes se remémorent cette soirée du 12 juin dernier où elles ont appris la légalisation du mariage entre personnes de même genre par la Cour Constitutionnelle.

Après l’Argentine, l’Uruguay, le Brésil et la Colombie, l’Equateur est officiellement devenu ce jour-là le cinquième pays d’Amérique du Sud (et le 28ème dans le monde) à reconnaître le mariage entre deux personnes de même sexe. « On s’est embrassées et on a beaucoup pleuré. Cela faisait six ans que l’on attendait ça ! », raconte à Komitid Pamela Troya, le regard pétillant. Les deux trentenaires sont en effet celles qui ont initié ce parcours du combattant en présentant une demande de mariage devant le registre civil, le 5 août 2013. L’institution rejette alors leur dossier et, au fil des ans, le couple épuise tous les recours possibles jusqu’à présenter sa demande devant la Cour Constitutionnelle, la plus haute autorité judiciaire du pays.

Six ans plus tard, les deux femmes vont enfin pouvoir s’unir officiellement. La date est déjà fixée : ce sera le 5 août prochain. « Cela tombe un lundi mais peut importe. Pour nous c’est une date symbolique, celle du début de notre lutte pour la reconnaissance de notre droit », confie Gabriela Correa.

« Un message d'égalité et de respect »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous