En Hongrie, des personnalités LGBT+ de plus en plus inquiètes face au régime du populiste Viktor Orbán

Publié le

À la veille de la Pride de Budapest, quatre personnalités LGBT+ évoquent leurs doutes quant aux éventuelles avancées de la communauté face au régime conservateur valorisant la famille traditionnelle. Témoignages.

Adél Ónodi est une comédienne trans de 23 ans - Rebeka pour Komitid
Adél Ónodi est une comédienne trans de 23 ans - Rebeka Csóti pour Komitid
Article Prémium

Dans la Hongrie « illibérale », masculiniste et relativement rétrograde de Viktor Orbán, être gay, bi, trans ou lesbienne n’est pas forcément synonyme d’agressions dans la rue et d’humiliations publiques. Pourtant, la communauté LGBT+ magyare, essentiellement concentrée au sein de la capitale Budapest, vit plutôt discrètement sa différence face à l’exaltation du socle familial classique émanant de l’exécutif.

Précédé de peu par la légalisation de l’union civile pour les couples de même sexe sous le gouvernement socio-démocrate de Ferenc Gyurcsány, le retour au pouvoir d’Orbán en 2010 (déjà Premier ministre de 1998 à 2002) a ouvert la voie à une radicalisation progressive du discours sur l’homosexualité dans l’ancienne « baraque la plus gaie du camp socialiste » réputée pour sa tolérance.
À la veille de la Budapest Pride 2019 dont plusieurs événéments liés au mois des fiertés ont été perturbés par des activistes d’extrême-droite, nous avons rencontré plusieurs figures publiques hongroises LGBT+ dénonçant la vivacité du poids des préjugés, la rigidité d’esprit du gouvernement Fidesz actuel, le manque d’éducation sur l’homosexualité et la pusillanimité de l’opposition de gauche.

 

Klára Ungár

Klára Ungár est une ex-femme politique ouvertement lesbienne - Rebeka Csóti pour Komitid

 

Première à avoir fait son coming out au sein de la classe politique hongroise, cette ancienne députée proche de Viktor Orbán passée dans le camp libéral avant de raccrocher défend farouchement la cause LGBT+ magyare.

« Je disais noir sur blanc que je suis lesbienne. »

 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous