Au Kosovo, la bataille de Blert, un homme trans, pour changer son état civil

Publié le

Au Kosovo, Blert Morina est la première personne trans qui demande de changer son identité auprès des autorités. Un défi de taille dans ce petit pays des Balkans où l’homophobie reste prégnante, malgré des lois progressistes.

25 avril 2019 - Blert Morina, 29 ans, jeune transsexuel Kosovar est la première personne à demander officiellement un changement de nom à l'état civil
Blert Morina, 29 ans, jeune trans kosovar est la première personne à demander officiellement un changement de nom à l'état civil - Jan-Schmidt-Whitley pour Komitid
Article Prémium

Enlever la dernière lettre de son prénom. Au fond, c’est tout ce que demande à l’administration Blert Morina. Enlever ce petit « a » pour marquer son changement de genre, officialiser une nouvelle étape de vie. Or, dans son pays, le Kosovo, c’est une première.

Pour nous raconter la bataille dans laquelle il s’est engagé, Blert nous reçoit au Center for Equality and Liberty (CEL), dans le centre de Pristina. Depuis la rue, pas d'enseigne ni de drapeau arc-en-ciel apparents : le QG de l’association qui défend les droits des personnes LGBT+ se veut discret. « On a emménagé ici il y a très peu de temps, glisse Blert, directeur exécutif du CEL, en nous faisant rentrer par un garage. On est amené à changer de local presque chaque année. »

Le jeune homme longiligne aux cheveux bruns légèrement bouclés est né il y a 29 ans dans la petite ville de Gjakovë à l’ouest du Kosovo, proche de la frontière avec l’Albanie. C'est à l'âge de 14 ans que Blert quitte sa famille et sa ville d’origine, pour faire son lycée à Pristina. « J’ai commencé à être plus informé sur les personnes LGBT. À cette époque, je savais que j’étais un garçon mais je ne connaissais pas la terminologie, je ne savais pas que les transgenres existaient », raconte-t-il. Pendant ses études de sociologie, il commence à fréquenter des activistes engagés pour les droits LGBT+. « Je me suis alors retrouvé chargé de projet dans un centre d’accueil. Ça m’a beaucoup aidé pour interagir avec la communauté LGBT+, entendre les histoires différentes des uns et autres. Ça m’a permis de me sentir beaucoup moins seul », confie-t-il.

« Je savais que j’étais un garçon mais je ne connaissais pas la terminologie, je ne savais pas que les transgenres existaient »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous