PMA: Le CCNE rendra son avis avant fin juin, promet son président

Publié le

Le président du Comité consultatif national d'éthique promet une nouvelle fois un avis sur le PMA avant fin juin. Il précise au passage que cet avis risque de déplaire de tous bords.

Quatre ans après s’être saisi du sujet, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) devrait rendre son avis sur la PMA « avant fin juin », promet le Pr Jean-François Delfraissy, dans des propos rapportés par plusieurs médias. « Il y aura des positions claires », a-t-il ajouté et l’avis du Comité « ne fera sûrement pas l’unanimité » et « pourrait déclencher des anticorps de part et d’autre ». 

Après s’être engagé à ouvrir la PMA aux couples de femmes dans Têtu, François Hollande avait une fois au pouvoir conditionné sa mise en place à un avis du CCNE. Hasard, coïncidence ou rien de volonté politique… l’avis n’aura pas été rendu pendant son mandat. Le Professeur Jean-François Delfraissy spécialiste en immunologie et ancien président de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites (ANRS), qui a remplacé Jean-Claude Ameisen à la tête du CCNE en novembre 2016 avait promis il y a quelques mois un avis avant la fin du printemps. Il semble déterminé à tenir parole.

QUE FERA EMMANUEL MACRON ?
Cet avis influencera-t-il Emmanuel Macron ? Pendant la campagne présidentielle, le candidat s’était engagé à ouvrir la PMA aux couples de femmes, mais après avis du CCNE. Lundi, la suppléante de son porte-parole pendant la campagne, Benjamin Griveaux, a affirmé qu’Emmanuel Macron ouvrirait la PMA même si le CCNE rendait un avis défavorable (Lire Législatives : le point sur la campagne côté LGBT).

Reste à voir avec quelle majorité le président devra composer après les législatives. Si son parti obtient la majorité des sièges, il aura les mains libres – sous réserve d’une « fronde » de ses députés venant de la droite. S’il devait avoir besoin d’autres partis pour obtenir la majorité à l’Assemblée, il n’est pas certain que faire passer un texte de loi sur la PMA serait aussi aisé.

Le chemin risque donc d’être encore long.