Québec: Une plateforme pour inclure la diversité sexuelle et de genre

Publié le

Le projet #AcommeAlliéEs a notamment pour objectif de mieux faire circuler l'information.

L’annonce officielle en a été faite pour l’automne devant l’Assemblée nationale à l’occasion de la Fête arc-en-ciel de cette année : une plateforme internet interactive sera mise en place pour mieux venir en aide aux jeunes de la diversité sexuelle. Résidante du quartier Saint-Jean Baptiste, la chargée de communications du projet #AcommeAlliéEs a bien voulu en dévoiler les grandes lignes, en exclusivité pour L’Infobourg.

Mère homoparentale de 35 ans, Jeanne Lagabrielle travaille depuis janvier au sein des locaux de GRIS Québec afin que soit mise en place le 27 novembre la première plateforme interactive du genre dans le monde francophone. Autant dire que les divers intervenantes et intervenants du monde de l’éducation, de la santé, des services sociaux ou des milieux communautaires œuvrant auprès des jeunes devraient trouver fin novembre, sur le site acommealliees.ca une matière quasi-exhaustive pour répondre aux divers besoins.

Pourquoi #AcommeAlliéEs ?
Une Alliée est une personne qui, peu importe son orientation sexuelle, montre une ouverture d’esprit face à la diversité sexuelle et de genre, et agit en ce sens. Chaque Alliée pourra d’ailleurs s’identifier (sur son lieu de travail, dans la rue, lors de ses activités sociales, etc.) par un macaron en vente (2$ pour un, 5$ pour trois) notamment dans quatre succursales de la Banque nationale, principal partenaire du projet, avec le ministère de la Justice du Québec. Pour le quartier Saint-Jean Baptiste, l’agence bancaire est située sur René-Levesque, à l’angle de Turnbull (face au CIBC).

Malgré les avancées légales des dernières années au Québec, l’homophobie persiste, souvent par ignorance, sexisme, ou hétérosexisme. Pas plus tard qu’en septembre, les médias ont relaté l’agression clairement homophobe dont a été victime un jeune gay lors du festival western de Saint-Tite. Une étude québécoise menée auprès de 2 747 élèves et rendue publique en 2010 indiquait que près de 40 % des jeunes avaient vécu personnellement au moins un épisode homophobe au cours de l’année scolaire, et près de 35 % disaient avoir posé un geste homophobe… Il reste donc, au-delà de quelques drames relayés dans les médias, du chemin à parcourir.

Comment ça marche ?
En se rendant sur acommealliees.ca ou en envoyant un courriel à projet@grisquebec.org, il est possible de s’inscrire sur le site, afin d’être informé.e en exclusivité de l’avancée du projet, puis d’avoir accès à la version bêta de la plateforme. Durant le mois d’octobre, la page d’accueil du site devrait changer pour ressembler peu ou prou à la capture d’écran que les initiateurs du projet ont bien voulu réaliser pour ce numéro de L’Infobourg (photo ci-dessus).

Dans son espace, chaque membre aura la possibilité d’archiver ce qui l’intéresse, ou de proposer du contenu.

Jeanne Lagabrielle précise que le site utilisera les principes du jeu pour inciter les gens à lire et à s’intéresser davantage au sujet. Les textes du site (chaque fois une fiche technique accompagnée d’un développement de l’information) ont été réalisés par des expert.e.s du Québec, entre autres à partir de contenus provenant du Canada, des États-Unis et de l’Europe.

Le lancement officiel de la plateforme aura lieu le 27 novembre au Centre administratif Mont d’Youville. Les personnes souhaitant y participer peuvent envoyer un courriel à projet@grisquebec.org.

Fabien Abitbol

Cet article a d’abord été publié dans l’Infobourg, nous le reproduisons avec l’accord de l’auteur et de l’éditeur, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste.