En Ukraine, une campagne d’affichage contre les préjugés

Publié le

Une série de six affiches invite à «parler correctement» des minorités, notamment d'homosexualité.

Quelle que soit la langue, les mots qu’on emploie sont important, ils ont un sens. Utiliser « gay » pour dire « nul » comme c’est parfois le cas en anglais, ou « travelo » pour dénigrer une personne trans’ en français – pour ne prendre que ces exemples –, ça n’est ni drôle, ni anodin. Une campagne invitant chacun.e à « parler correctement » vient ainsi d’être lancée en Ukraine, à l’initiative de l’association Gay Alliance Ukraine et avec le soutien de l’ambassade des Pays-Bas.

Dans l’objectif d’élever le niveau d’ouverture d’esprit de la société ukrainienne, la campagne rappelle les termes corrects à utiliser lorsque l’on parle de certaines minorités : les personnes juives, les personnes handicapées, les Roms, les personnes touchées par le VIH, les femmes et les homosexuel.le.s.

Des affiches ont ainsi fait leur apparition dans cinq villes d’Ukraine – Kiev, Odessa, Kryvyï Rih, Vinnytsia et Jytomyr – avec pour slogan : « Dites-le correctement ». En janvier dernier, l’Ukraine a décidé de ne pas examiner plus avant la proposition de loi sur la « propagande homosexuelle » similaire aux lois russes mais l’homophobie reste très présente. « Libres car bien informés. Le respect envers une personne ne devrait pas dépendre de son orientation sexuelle. Pédés. Gay. Dites-le correctement. Tolerance.in.ua », peut-on lire sur l’une des affiches.






En Russie, les médias se sont empressés de déformer le propos, accusant la campagne de forcer les Ukrainien.ne.s à accepter les valeurs de l’Europe (et notamment le mariage pour tous), rapporte BuzzFeed, qui cite le militant Taras Karasiichuk : « Obtenir une telle réaction des paillassons de Poutine est déjà une victoire ».

Via BuzzFeed.