La Crimée interdit la tenue d’une gay pride en vertu des lois russes

Publié le

Le député à l'origine de la loi sur la «propagande homosexuelle» propose en outre la fermeture des lieux de convivialité fréquentés par les LGBT.

La Crimée a refusé ce lundi 14 avril la tenue d’une gay pride qui devait avoir lieu à Sébastopol les 22 et 23 avril. C’est la loi russe sur la « propagande homosexuelle » qui a servi de justification légale à cette interdiction. Avec beaucoup d’ironie, Andriy Maymulakhin, le président d’une organisation LGBT ukrainienne, évoque cet événement comme une des « améliorations » souhaitées par la Russie pour les LGBT de Crimée.

Divisée lorsqu’il a fallu voter sur le ralliement à la Russie, la communauté LGBT de la région pourrait voir de nouvelles mesures législatives s’imposer à elle. Le député russe Vitaly Milonov, co-auteur de la loi sur l’interdiction de la « propagande homosexuelle » auprès des mineur.e.s, a indiqué qu’il était prêt à aider Sébastopol à « se débarrasser du mal », à savoir l’homosexualité. « Il ne doit plus y avoir de gay prides, de spectacles homos ou de clubs homos, a-t-il indiqué à l’occasion d’un déplacement en Crimée, rapporte Gay Russia. Il faut aussi supprimer toutes les pages pour les homosexuel.le.s sur les réseaux sociaux. »

Vladimir Poutine a affirmé dans un communiqué que l’Ukraine est « au bord de la guerre civile ». Une réunion rassemblant la Russie, l’Ukraine, les États-Unis et l’Union européenne doit avoir lieu aujourd’hui à Genève pour tenter de résoudre la crise et des pourparlers sont prévus demain, jeudi 17 avril.

Via Gay Star News.

Photo Capture