La plainte des mariées de Bollène contre la maire Marie-Claude Bompard classée sans suite [Midi Libre]

Publié le

Angélique et Amandine, qui ont finalement pu se marier dans leur ville, avaient porté plainte pour discrimination.

La plainte déposée par Angélique et Amandine pour « discrimination dans l’application de la loi en raison de l’orientation sexuelle » et « entrave à l’exécution de la loi par personne dépositaire de l’autorité publique » à l’encontre de la maire de Bollène Marie-Claude Bompard a été classée sans suite. L’élue avait refusé d’unir les deux femmes en invoquant des « convictions religieuses ». « Le procureur de la République de Carpentras a classé la procédure au motif que la maire a été rappelée à ses obligations légales et que le mariage a été célébré depuis », a expliqué maître Carmelo Vialette, l’avocat du couple de femmes mis à disposition par Idaho France. Angélique et Amandine n’entendent toutefois pas en rester là et citeront la maire de Bollène devant le tribunal correctionnel de Carpentras, a annoncé leur avocat.

Dans un communiqué, le président d’idaho France Alexandre Marcel s’indigne de ce que « le refus d’un mariage en raison de l’orientation sexuelle n’est donc pas une discrimination pour la justice de notre pays ». À lire sur Midi Libre.