Laurent Wauquiez persiste: de retour au pouvoir, la droite abrogera le mariage pour tous

Publié le

Le vice-président de l'UMP a entretenu la confusion en réalisant un amalgame entre la PMA et la gestation pour autrui.

[mise à jour, 19h] Précisions sur la PMA

Alors que Jean-François Copé éprouve quelques difficultés à défendre sa nouvelle position sur l’ouverture du mariage, Laurent Wauquiez se veut droit dans ses bottes : invité de l’émission On n’est pas couché diffusée hier soir sur France 2, le député-maire (UMP) du Puy-en-Velay a indiqué qu’il « reviendra sur la loi » ouvrant le mariage aux couples de même sexe.

« On ne va pas démarier les couples et on ne va pas retirer des enfants à leurs parents, ce serait stupide », a-t-il précisé. Il compte toutefois empêcher d’autres couples d’accéder au mariage et à l’adoption. Il faudra « des garanties juridiques, des garanties en termes de protection de ce qu’est un couple homosexuel, estime Laurent Wauquiez. Moi, je ne suis pas favorable à ce que ce soit ce qu’on appelle le mariage. » Le député-maire ne voit aucun problème à ce qu’à l’avenir, subsistent des droits différents entre les couples mariés à la faveur de la loi et d’autres qui n’auraient pas bénéficié des dispositions de celle-ci.

AMALGAME
Il a par ailleurs mentionné une circulaire qu’aurait prise Christiane Taubira « qui légalise de fait la procréation médicalement assistée quand on revient en France ». Mais l’ancien ministre se trompe : une technique de PMA, l’insémination artificielle avec donneur (IAD) est déjà autorisée en France, seulement elle est réservée aux couples hétérosexuels dont la stérilité est « médicalement constatée ». Laurent Wauquiez entretient la confusion en faisant un amalgame cette technique et la gestation pour autrui (GPA), interdite à tous les couples.

Pendant le débat à l’Assemblée nationale, la ministre de la Justice avait déjà repris le vice-président de l’UMP sur ses imprécisions. La circulaire émise par le ministère de la Justice et à laquelle Laurent Wauquiez a fait référence se contente de rappeler le droit existant : un enfant né à l’étranger d’au moins un parent français a la nationalité française et un certificat de nationalité française doit donc être délivré.

Reprenant à son compte les slogans de la « Manif pour tous », le député-maire a par ailleurs ajouté : « Un enfant, il faut qu’il ait en référence un père et une mère ». « Vous l’avez dit à Rachida Dati ? », a ponctué Laurent Ruquier dans un éclat de rire.

Pour revoir l’émission, cliquez sur l’image ci-dessous (l’interview de Laurent Wauquiez débute après 1’03″00) :