Un «Salon du mariage pour tous» en plein cœur du Marais

Publié le

L'Espace des Blancs Manteaux accueillera des exposant.e.s les 9 et 10 novembre. La moitié des recettes sera reversé au Refuge.

Un nouveau salon du mariage ciblant notamment les couples de même sexe se tiendra les 9 et 10 novembre. À l’origine de cette initiative, Fatou Niakate, de l’agence Organizateure, spécialisée dans l’organisation de mariages, d’anniversaires et de baptêmes. Elle revendique un « engagement militant » : « Mon frère est homosexuel et j’avais envie d’être présente sur ce sujet en créant un salon à destination des homos qui ont les mêmes droits que nous », explique-t-elle à Yagg. Les couples hétérosexuels sont également les bienvenus, dans la mesure où ce salon intitulé « G dit oui » veut s’inscrire dans une démarche « de qualité » plutôt que communautaire.

UN MILLIER DE PERSONNES ATTENDUES
L’implantation en plein cœur du Marais n’est toutefois pas innocente. « Il s’agissait pour nous d’occuper un endroit que les homos fréquentent, précise Fatou Niakate. C’était important de répondre à la demande et après discussion, le dernier salon organisé au Parc Floral était trop loin. » La mairie du IVe arrondissement a donné son aval pour que le salon ait lieu à l’Espace des Blancs Manteaux. Et pour séduire la clientèle homo, Fatou Niakate a misé sur des exposant.e.s « sans a priori » : « Dans les salons traditionnels, on tombe face à des exposant.e.s pour qui il y a un malaise. Il y a par exemple un couple de lesbiennes à qui une salle a été refusée, alors que quel que soit le couple, le tarif est le même et elles étaient prêtes à payer. Pour moi, c’est totalement aberrant. » Fatou Niakate espère qu’environ un millier de personnes fera le déplacement.

Les personnes qui visiteront le salon réaliseront d’ailleurs un geste caritatif puisque 50 % de l’argent récolté grâce aux billets d’entrée sera reversé au Refuge. Les exposant.e.s ont de leur côté versé 1200 euros (hors taxes) pour être présent.e.s. « Nous avons un petit budget de 30000 euros pour organiser ce salon », détaille Fatou Niakate.