Le pape s’oppose à la marginalisation des homos tout en combattant le «lobby gay»

Publié le

L'association LGBT et chrétienne David & Jonathan considère la déclaration du pape comme «quelque chose d'important.»

Le pape François a déclaré vouloir l’intégration des homosexuel.le.s lors d’une conférence de presse. Devant des journalistes présents à bord de l’avion le ramenant du Brésil après les Journées Mondiales de la Jeunesse à Rio, le souverain pontife s’est exprimé pendant près d’une heure et demie. « Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? » a notamment demandé celui qui s’est pourtant opposé au mariage pour tous en Argentine quand il était cardinal. Pour lui, « le catéchisme de l’Eglise catholique dit qu’on ne doit pas marginaliser ces personnes qui doivent être intégrées dans la société ».

« DANS LE BON SENS »
Un refus de condamner l’orientation sexuelle qui ne s’écarte toutefois pas du dogme de l’Eglise. Cette dernière considère comme pêché les actes homosexuels. Seulement ceux-ci donc, à en croire la parole pontificale. Contacté par Yagg, Marc Tourtelier, secrétaire national de David & Jonathan, association LGBT et chrétienne, considère ces déclarations comme « quelque chose d’important ». L’association revendique sa volonté que les homosexuel.le.s soient « présents dans l’Eglise ». En conséquence, pour son secrétaire, « tout ce qui peut aller dans le sens d’une reconnaissance au sein de l’Eglise va dans le bon sens ».

Au cours de la même conférence, le pape a en revanche condamné les « lobbys », qui ne sont « pas bons », quels qu’ils soient. Et particulièrement d’un éventuel lobby homo. « Le problème n’est pas d’avoir cette tendance, c’est de faire du lobbying. C’est le problème le plus grave, selon moi ». Un sujet abordé en réponse à une question sur un supposé lobby gay au Vatican, dont ferait partie d’après certaines rumeurs un prélat, Mgr Ricca, nommé par le pape à la banque vaticane. D’après le souverain, il y a eu à sa demande « une enquête brève » et rien n’a été « trouvé sur lui ». Pas plus que sur la présence d’un groupe de pression gay au sein de l’Eglise.

Photo Casa Rocada