La Suède n’impose plus la stérilisation des trans’

Publié le

Vingt-quatre pays européens, dont la France, exigent toujours la stérilisation des personnes trans' en préalable à un changement d'état civil.

Le Parlement suédois a abrogé hier, mercredi 22 mai, une disposition légale de 1972 qui obligeait les personnes trans’ à être stérilisées pour obtenir un changement de genre dans les registres d’état civil. Lors de la Conférence pour les droits des LGBT en Europe, la ministre suédoise Brigitta Ohlsson avait indiqué à Yagg que son gouvernement œuvrait en ce sens. La stérilisation n’était déjà plus appliquée depuis plusieurs mois, puisqu’en janvier, la Cour d’appel de Stockholm l’avait jugée contraire à la Constitution suédoise et à la Convention européenne des droits de l’Homme. En abondant dans le même sens, le pouvoir législatif fait un pas en avant pour les droits des trans’.

La Fédération suédoise pour les droits des LGBT (RFSL) est « à la fois heureuse et fière » de cette victoire « qui marque la fin d’un long travail du mouvement LGBTQ et trans’ ». Mais elle n’entend pas s’arrêter là pour autant. Elle veut par exemple obtenir que le changement d’état civil soit autorisé pour les personnes de moins de 18 ans, ce que le gouvernement suédois dit étudier. La RFSL souhaite par ailleurs que la présomption de paternité devienne neutre et que tout changement d’état civil soit complet en sorte que le genre d’une personne trans’ soit aussi modifié sur les formulaires d’état civil de ses enfants.

En France, et dans 23 autres pays européens, la stérilisation des personnes trans’ est toujours exigée en préalable à un changement d’état civil.

Consultez la carte ci-dessous, réalisée par Transgender Europe, pour en savoir plus sur la stérilisation des trans’ en Europe. En bleu : aucune stérilisation n’est requise ; en orange sont désignés les pays qui requièrent une stérilisation ; et en rouge sont indiqués les pays qui n’autorisent pas le changement d’état civil.

Suivez Julien Massillon sur Twitter : JulienMsln