Russie: le meurtre d’un jeune homo imputé à une députée anti «propagande homosexuelle»

Publié le

Il a fallu un crime d’une rare cruauté pour que les services de police russe daignent pour une fois considérer l’homophobie comme motivation d’un meurtre.

Article Prémium

Il a fallu un crime d’une rare cruauté pour que les services de police russe daignent pour une fois considérer l’homophobie comme motivation d’un meurtre. Vendredi 10 mai au matin, le corps nu et meurtri d’un jeune homme de 23 ans a été retrouvé à Volgograd, dans la cour d’un immeuble. « ATTITUDE PROVOCANTE » La victime a été violée au moyen de bouteilles de bière et une pierre a servi à lui fracasser le crâne, rapporte l’AFP. Plusieurs blessures émaillaient son corps et ses parties génitales ont été particulièrement visées par ses agresseurs. Deux hommes âgés de 22 et 27 ans, dont l’un a un passé criminel, ont été interpellés par la police. Les deux hommes et la victime auraient pris des verres le jeudi 9 mai, jour où la Russie célèbre traditionnellement la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie. Quand le jeune homme de 23 ans a révélé son homosexualité,…

Pour continuer la lecture de cet article :

Vous avez déjà un accès ?

Identifiez-vous

Centre de préférences de confidentialité