Mariage pour tous: les opposants à l’égalité des droits ne désarment pas

Publié le

Alors que François Fillon demande la suspension de l'examen du texte, Caroline Fourest est chahutée à Nantes par des militants anti-égalité.

Deux jours après l’annonce par le gouvernement du passage à l’Assemblée nationale du texte de loi sur le mariage pour tous le 17 avril, les opposants ne désarment pas.

François Fillon, s’il dénonce les violences des anti-égalité, n’en demande pas moins la suspension du texte. Invité du Grand Rendez-vous Europe 1/ I-Télé/le Parisien, l’ex Premier ministre demande à François Hollande de suspendre la discussion sur le projet de loi sur « le mariage pour tous » qui revient mercredi en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Jean-François Copé de son côté, a dénoncé un « coup de force parlementaire ».

À Nantes, l’essayiste et journaliste Caroline Fourest, invitée par le Nouvel Observateur pour parler laïcité et islam, a été chahutée par des opposants au mariage pour tous. Alors que l’assistance a réussi à faire cesser les troubles, les opposants n’ont pas désarmé et ont réussi à bloquer le TGV qui ramenait Caroline Fourest et d’autres invité-e-s pendant plus de 45 minutes.

Dans le 19H, de Paul Amar, sur France 5, Béatrice Bourges, porte-parole du « Printemps français », a estimé que au lieu d’accompagner la famille, on est en train de la disloquer ». Ce qui lui a valu d’être taxée d’homophobe par Alexandre Urwicz : « Nous avons aujourd’hui une homophobie qui s’habille de rose pour mieux verser le rouge du sang sur le visage de Wilfred et Olivier ».

Depuis plusieurs semaines, les opposants au mariage pour tous ont choisi de radicaliser leurs actions. Et plutôt que de calmer le jeu, l’opposition joue malheureusement aussi l’affrontement politique plutôt que de respecter le travail du Parlement.