Les affiches aux relents racistes de la «Manif pour tous»

Publié le

Christiane Taubira en tortionnaire d’enfants, des bébés coiffés de chapeaux chinois pour figurer leur origine: l’organisation radicalise son message.

Fini les slogans qui se voulaient légers et guillerets chez les partisan-e-s de la « Manif pour tous ». Le nouveau « kit du manifestant » est plus agressif : une trentaine d’affiches différentes seront arborées par les manifestant-e-s du 24 mars et leur teneur est beaucoup moins candide que par le passé. « On n’est plus dans le Bisounours », reconnaît Virginie Merle-Tellenne, alias Frigide Barjot, qui confie à Yagg que pour ces nouveaux visuels, le mouvement s’est inspiré du « graphisme de rue » de la fin des années 70.

« Le projet de loi Taubira est l’aboutissement de l’idéologie libertarienne de mai 68, explique la porte-parole de la « Manif pour tous ». On est dans l’inversion, on veut refaire mai 68 dans l’autre sens. »

« CONÇUS AVEC FRIGIDE BARJOT »
Quitte à relayer des images aux relents xénophobes ? Plusieurs des affiches mises en ligne font appel à des stéréotypes racistes. Sur deux d’entre elles, on peut voir une Christiane Taubira aux traits durs dans une attitude destructrice et violente. Sur l’une, elle frappe un enfant à l’aide d’un exemplaire du Code civil ; sur l’autre, armée d’une tronçonneuse, elle coupe des arbres censés symboliser la filiation générationnelle.

Virginie Merle-Tellenne assure que ces visuels n’étaient pas « voulus » au départ… À en croire l’attachée de presse de la « Manif pour tous », ils ont pourtant été « conçus avec Frigide Barjot ». « J’avais demandé à ce qu’on ne les mette pas en ligne, prétend celle-ci. Ce n’est pas Chrisiane Taubira la grande méchante, elle fait juste son boulot. Nous, ce qu’on combat, c’est sa loi. Il ne faut pas la présenter comme une méchante sorcière. »

Ces deux affiches ont finalement été retirées du site de la « Manif pour tous ». Mais une troisième demeure en ligne, représentant deux rangées d’enfants à vendre. Deux bambins y sont affublés de chapeaux chinois. Les clichés ont la vie dure.

Suivez Julien Massillon sur Twitter : JulienMsln