Sydney aussi a son passage piétons arc-en-ciel

Publié le

Le «rainbow crossing» a été inauguré ce matin pour le Mardi Gras. L'installation est prévue pour rester en place jusqu'à la fin mars mais des élu-e-s de Sydney aimeraient conserver l'arc-en-ciel définitivement.

Après Tel Aviv et West Hollywood, c’est au tour de Sydney d’avoir son passage piétons arc-en-ciel. Installé à l’occasion du Mardi Gras, actuellement célébré à Sydney (la parade aura lieu samedi 2 mars), le « rainbow crossing » a été inauguré ce matin sur Oxford Street par la maire Clover Moore, le député ouvertement gay Alex Greenwich et des représentant-e-s du Mardi Gras.

 

Les travaux ont été effectués dans la nuit du 25 au 26 février :

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur ‪Rainbow Crossing Oxford Street – City of Sydney‬

Comme à Tel Aviv, et comme initialement prévu à West Hollywood), il s’agit d’une installation temporaire – un retrait est prévu fin mars –, mais Clover Moore et Alex Greenwich espèrent que la ville pourra conserver son arc-en-ciel plus longtemps. Alex Greenwich a d’ailleurs lancé une pétition en ce sens, adressée au ministre des Routes et des Ports de Nouvelle-Galles du Sud, Duncan Gay.

« Les lesbiennes et les gays ont été frappé-e-s et harcelé-e-s sur Oxford Street en 1978, et la violence homophobe y a régné pendant des années, souligne la pétition. Que notre drapeau soit désormais dans notre rue montre le chemin que nous avons fait et commémore les batailles que nous avons remportées. »

L’idée d’un deuxième passage piétons a été abandonnée en raison du coût de l’opération (110000 dollars australiens, soit 86000 euros, pour la peinture, la vidéosurveillance…), un coût que les opposant-e-s n’ont pas manqué de dénoncer. Mais c’est peut-être ce coût qui permettra au passage piétons de garder ses couleurs : certain-e-s élu-e-s estiment en effet que le montant est trop élevé pour une installation qui ne serait que temporaire et appellent la communauté LGBT de la ville à se mobiliser pour pérenniser son arc-en-ciel.

Photo DR

Via Same Same.

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter : judeinparis