Christine Boutin: «Si on accepte le mariage homosexuel, on acceptera la polygamie»

Publié le

Interrogée sur les propos homophobes de François Lebel, la présidente du parti chrétien-démocrate ne les a pas condamnés sur le fond.

Fidèle à elle-même, Christine Boutin n’a pas trouvé quoi que ce soit à redire quant à la tribune homophobe de François Lebel, maire du VIIIe arrondissement de Paris. L’élu a associé homosexualité, pédophilie, polygamie et inceste sans le moindre scrupule.

Condamné – parfois du bout des lèvres – par la classe politique, il trouve toutefois une alliée en la personne de la présidente du parti chrétien-démocrate (PCD). Celle-ci s’efforce tout d’abord de préciser l’appartenance politique de François Lebel. Ses explications au micro d’Europe 1 ne sont pas très claires, mais en se renseignant un peu, on découvre que le maire du VIIIe est vice-président du Centre national des indépendants et paysans, tout en étant rattaché au groupe UMP au conseil de Paris.

RIEN À REDIRE
Quant à ses propos, Christine Boutin n’a rien à redire. « M. Lebel n’était peut-être pas obligé d’aller aussi loin », glisse-t-elle. Peu importe qu’il ait été insultant : « Ce n’est pas parce qu’il y a une grosse émotion que je dois condamner. » La seule chose qui la contrarie un peu et qu’elle trouve « déplacée », c’est qu’il se soit exprimé dans le « bulletin municipal ». Le cardinal Philippe Barbarin, qui « a tenu des propos assez proches » selon la présidente du PCD, a eu la décence de faire ça à la radio, lui. Plutôt que de voir là l’expression de l’homophobie de l’édile, Christine Boutin estime que cette tribune est le symptôme « d’un malaise d’un certain nombre de maires par rapport à cette obligation qui se profilerait, je dis bien qui se profilerait, à marier des homosexuels ».

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur : Boutin : « Un lien entre le mariage homo et la polygamie »

POLYGAMIE
En réponse aux interrogations de Bruce Toussaint, elle reconnaît qu’il n’y a pas de lien entre mariage des couples de même sexe et pédophilie ou inceste. Mais « il peut y en avoir avec la polygamie, juge-t-elle. Il est vraisemblable que si on accepte le mariage homosexuel, on sera amené dans les années à venir à accepter la polygamie en France. » Pour enrayer ce sombre destin, la présidente du PCD répète à l’envi qu’elle souhaite un référendum, même si les experts en droit constitutionnel sont partagés sur la possibilité que le peuple soit consulté à ce sujet.

Finalement, Christine Boutin délivre sa propre définition du mariage : « C’est la reconnaissance sociale du pouvoir de procréation d’une génération qui est transmis à une autre génération. (…) Ce n’est pas uniquement deux personnes qui s’aiment. » Il est à cet égard surprenant que le code civil n’a jamais requis des couples aspirant au mariage qu’ils démontrent leur « pouvoir de procréation ».

Suivez Julien Massillon sur Twitter : JulienMsln

Photo Capture