Ouverture du mariage: Barack Obama reconnaît que Joe Biden lui a forcé la main

Publié le

Et aussi les réactions, l'impact que peut avoir la déclaration du Président des États-Unis…

Il avait l’intention de le dire, mais pas forcément maintenant. C’est ce qu’a déclaré Barack Obama hier dans Good Morning America, l’émission d’ABC dans laquelle il a apporté son soutien au mariage des couples gays et lesbiens (lire Ouverture du mariage : Barack Obama dit oui !).

Ce soutien, il avait prévu de le rendre public avant la convention démocrate de septembre. Mais les déclarations de Joe Biden, qui s’est dit, dimanche, « très à l’aise » avec le mariage des couples homos, ont changé la donne.

« Il a un peu mis la charrue avant les bœufs, mais par générosité et enthousiasme », a commenté le Président, qui aurait préféré s’exprimer à son rythme, mais « tout est bien qui finit bien », dit-il.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Obama : Biden ‘Got Out A Little Bit Over His Skis’ On Gay Marriage

LES PEOPLE DISENT MERCI
L’annonce de Barack Obama a très rapidement été saluées notamment par de nombreuses célébrités, LGB ou hétéros, comme Ellen DeGeneres, Jane Lynch, Neil Patrick Harris, Ricky Martin, Jesse Tyler Ferguson, Chris Colfer, Eva Longoria, Bette Midler, Justin Timberlake, Lady Gaga, Danny DeVito, Julianne Moore, Josh Groban, Alec Baldwin, Alicia Keys, Dianna Agron (voir un diaporama de certaines de ces réactions), tandis que Fox News affirmait que Barack Obama avait déclaré la « guerre au mariage ». Une campagne de remerciements a également été lancée par AllOut.org.

Mais le candidat démocrate n’a pas reçu que des tweets : selon BuzzFeed, en 90 minutes, plus d’un million de dollars ont été versés pour sa réélection.

QUELS EFFETS ?
La question qui se pose maintenant est celle de l’effet que peut avoir la déclaration de Barack Obama. La décision d’ouvrir ou non le mariage à tous les couples appartient à chaque État et non au gouvernement fédéral (à ce jour, 30 États définissent le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme). Néanmoins, la prise de position du Président pourrait par exemple influer sur le processus de réflexion des juges de la Cour suprême s’ils venaient à être saisis d’une affaire sur le Defense of Marriage Act (Doma), qui interdit la reconnaissance des mariages de couples homos au niveau fédéral, explique le correspondant à New York du quotidien britannique The Guardian. Le gouvernement est clairement opposé à ce texte et l’a répété à maintes reprises devant les tribunaux.

L’abrogation par voie législative serait également une possibilité, mais elle a peu de chances d’aboutir, puisque la Chambre des Représentants est tenue par les Républicains et que les Démocrates ne disposent que d’une faible majorité au Sénat.

En attendant, le soutien de Barack Obama fait au moins passer le message, qui n’est pas que symbolique, selon lequel la discrimination entre les couples n’est pas tolérable. Et permet à son équipe de campagne d’enfoncer le clou sur ce qui le différencie du candidat républicain Mitt Romney :

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪Mitt Romney : Backwards on Equality‬

Photo DR