Le candidat Nicolas Sarkozy condamne les propos de Christian Vanneste

Publié le

Le président, qui a annoncé qu'il était candidat à la présidentielle, a expliqué sur TF1 qu'il avait l'homophobie en horreur. Un air de déjà-vu?

Invité du 20 heures de TF1 ce mercredi 15 février, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a annoncé sans surprise qu’il était candidat à l’élection présidentielle. Laurence Ferrari, après une dizaine de minutes d’entretien, lui a demandé s’il condamnait les propos de Christian Vanneste, qui nie la déportation homosexuelle en France. Nicolas Sarkozy répond : « Oui mais je vais aller plus loin. J’aimerais tellement que dans la vie politique, à gauche comme à droite, on arrête avec ces propos blessants qui n’amènent à rien. »

« J’AI L’HOMOPHOBIE EN HORREUR »
Nicolas Sarkozy poursuit : « J’ai donné ma position sur le mariage homosexuel [sic] et l’adoption par des couples homosexuels, mais tout ce qui de près ou de loin peut paraître comme de l’homophobie, je l’ai en horreur et par conséquent il n’y a rien à faire avec des personnes qui ne comprennent pas qu’au XXIe siècle ce type de propos, ça tire tout le monde vers le bas. »

Expliquer dans la même phrase qu’on est contre l’égalité des droits mais qu’on n’aime pas l’homophobie, cela rappelle étrangement un autre candidat à la présidentielle… Nicolas Sarkozy lui-même, en 2007. À l’époque, il était contre le mariage et l’adoption, mais refusait qu’on l’affuble du qualificatif d’homophobe. Cinq ans après, il n’a pas changé.

Photo TF1