Pension de réversion: Colère de SOS homophobie après la fin de non recevoir de Valérie Pécresse

Publié le

L'association se dit «stupéfaite devant l'attitude du gouvernement» et estime qu'il est temps d'ouvrir le mariage à tous les couples.

SOS homophobie ne décolère pas. L’association estime discriminatoire le refus du gouvernement d’accorder le bénéfice du droit à la pension de réversion aux couples pacsés et estime qu’il est temps de d’ouvrir le mariage à tous les couples.

Petit retour en arrière. Mercredi 26 octobre, droite dans ses bottes, la ministre du Budget, Valérie Pécresse avait expliqué qu’elle s’opposait à l’extension du droit à la pension de réversion pour les couples pacsés. Et pour justifier ce refus, alors que cela faisait partie des engagements du candidat Nicolas Sarkozy en 2007, elle a sorti le principe du « moins de devoirs, donc moins de droits » pour les couples pacsés.

« LES COUPLES HOMOSEXUELS SONT LÉSÉS »
Dans un communiqué diffusé le 28 octobre, SOS homophobie se dit « stupéfaite devant l’attitude des représentants du gouvernement à l’égard des discriminations dont sont victimes les personnes LGBT ». L’association rappelle que le Défenseur des Droits, Dominique Baudis, soutient l’extension, réclamée depuis de nombreuses années par les associations LGBT et qui permet, au sein d’une union, au/à la conjoint-e survivant-e de toucher une partie de la retraite du conjoint-e décédé-e. « En refusant d’accorder la pension de réversion aux couples pacsés, explique l’association, et donc en distinguant très clairement les droits et les devoirs que les différents types d’union permettent, le gouvernement rappelle que les couples homosexuels sont lésés face à la loi et dans leur vie quotidienne en France. »

Par son attitude, explique l’association, le gouvernement « rappelle notamment qu’un couple hétérosexuel bénéficie de plus de protections qu’un couple homosexuel (…). Une fois de plus, l’attitude discriminatoire du gouvernement souligne l’urgence d’ouvrir le mariage à tous les couples ».