Apple: Tim Cook, « gay le plus puissant de la Silicon Valley », successeur de Steve Jobs

Publié le

Timothy D. Cook, 50 ans, vient de devenir le numéro un d’Apple, deuxième entreprise la mieux cotée au monde, après la démission de Steve Jobs. À en croire certains titres de journaux, il devient aussi le « gay le plus puissant de la Silicon Valley » (Gawker), voire « gay le plus puissant du monde » (Herald Sun). Il […]

Timothy D. Cook, 50 ans, vient de devenir le numéro un d’Apple, deuxième entreprise la mieux cotée au monde, après la démission de Steve Jobs. À en croire certains titres de journaux, il devient aussi le « gay le plus puissant de la Silicon Valley » (Gawker), voire « gay le plus puissant du monde » (Herald Sun). Il y a quelques mois, le magazine gay américain Out l’avait d’ailleurs mis à la tête de ses « Power 50 », son classement des 50 gays les plus puissants.

Pourtant, cet homme très discret n’a jamais confirmé – ni infirmé – qu’il était homosexuel. Tim Cook a rejoint la firme de Cupertino en 1998 après avoir travaillé chez Compaq et IBM. Avant de devenir numéro un d’Apple, il a été chargé de la logistique et du département Recherche et développement (COO, Chief Operating Officer en anglais) et a même effectué, avec succès, les interims de Steve Jobs lors des arrêts maladie de celui-ci.

Philippe Orillac, de l’Autre Cercle, salue cette nomination « qui peut servir d’exemple ». Sur le fait que Tim Cook ne soit pas out, il rappelle que que le nouveau CEO d’Apple est loin d’être le seul :  » [les études de L’Autre Cercle] nous montrent que les cadres supérieurs ont tendance à plus cacher leur orientation sexuelle que les autres. Ils redoutent trop, vu les enjeux de carrière, que le coming-out les défavorise… trop de gens pensent encore qu’un gay serait moins stable, plus fragile, moins autoritaire… » Arrivé au sommet, Tim Cook s’ouvrira peut-être davantage…

Pourrait-on avoir en France un PDG du Cac 40 ouvertement gay ? La réponse est négative pour le moment selon Philippe Orillac : « À mon avis, trop de préjugés persistent ».