Débat sur le mariage à l’Assemblée: Les associations LGBT convient les couples homos à un rassemblement citoyen

Publié le

Plusieurs associations LGBT appellent à un rassemblement citoyen le 8 juin, à 18h30, devant l'Assemblée nationale, la veille de l'ouverture du débat sur le mariage pour les couples homos.

Le 9 juin prochain, la proposition de loi déposée par le député socialiste Patrick Bloche visant l’ouverture du mariage aux couples de même sexe sera débattue en séance à l’Assemblée nationale. Une première, après les débats – on s’en souvient – houleux relatifs au pacs en 1999.

« OCCASION UNIQUE »
Plusieurs associations LGBT appellent à un rassemblement la veille, le 8 juin, à 18h30, devant l’Assemblée nationale (place Édouard Herriot, dans le 7e arrondissement). « Ce sera pour nous l’occasion de rappeler que l’opinion publique française est plus que jamais favorable à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe », explique l’Inter-LGBT dans un communiqué. « Nous appelons le législateur à prendre pleinement ses responsabilités et saisir cette occasion unique de mettre fin à cette discrimination. S’en remettre à 2012 serait trop simple et irresponsable pour la majorité politique. L’égalité des droits n’attend pas ! ».

COUPLES EN BLANC DEVANT L’ASSEMBLÉE NATIONALE
SOS homophobie, signataire de cet appel, va plus loin et demande dans un communiqué à des « couples de femmes et des couples d’hommes de se réunir devant l’Assemblée nationale » à la date et à l’heure indiquées. « Les participant-e-s sont invité-e-s à porter un vêtement blanc, pour être visibles dans la foule. Ces couples seront en rang, silencieux, dignes. Ils attendront que leurs élu-e-s leur accordent un droit qu’ils ne devraient pas même réclamer. Ils seront adultes, responsables, n’espérant qu’une chose : être reconnu-e-s comme des citoyen-ne-s à part entière ».

L’association rappelle que « la demande d’ouverture du mariage aux couples de même sexe n’est pas que l’affaire du milieu associatif ou politique, mais émane avant tout des Français et Françaises qui, hétérosexuel-le-s ou homosexuel-le-s, ne peuvent tolérer une telle inégalité de traitement ».

Soutenez votre média LGBT indépendant sur J’aime l’info !