Agression homophobe à Paris: « Visiblement frapper un pédé leur semble la chose la plus naturelle qui soit »

Publié le

"Sale pédé", coups de pieds, 5 points de sutures à l'œil, 7 jours d'ITT… Le triste récit de l'agression homophobe dont Frédéric, 32 ans, a été victime la semaine dernière, à Paris.

La semaine dernière, dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 octobre, Frédéric, 32 ans, a été victime d’une agression homophobe dans le quartier des Halles, près du Marais, à Paris. Dans un communiqué, envoyé aujourd’hui à la presse, la victime et ses proches racontent : « Trois heures du matin, gagné par la faim, en retour de soirée, Frédéric, 32 ans, s’apprête à acheter un sandwich grec dans une boutique aux environs du 33 rue Saint-Denis dans le 1er arrondissement. Il attend patiemment son tour dans la file, lorsque derrière lui, trois individus le bousculent volontairement, tout en l’insultant de « sale pédé » à haute voix et de manière très agressive. Frédéric leur demande alors poliment de cesser leurs insultes. Ses agresseurs, pour toute réponse, le jettent brutalement au sol en le martelant de coups de pieds sur tout le corps tout en continuant à se répandre en insultes homophobes. Visiblement frapper un pédé leur semble la chose la plus naturelle qui soit ».

« Toute la scène s’est déroulée très vite, sans que personne n’intervienne, continue le communiqué. Le visage ensanglanté, Frédéric réussit alors à prendre la fuite et à se réfugier au commissariat du 3e arrondissement, tout proche. Après avoir signalé son agression, et rencontré les pompiers qui lui ont prodigué les premiers soins, le jeune homme se rend aux urgences de l’Hôtel Dieu. En chemin, voulant prévenir son conjoint de l’agression qu’il vient de subir, il s’est aperçu qu’on lui avait également dérobé son téléphone. Plus tard, Frédéric est ressorti de l’hôpital avec 5 points de sutures autour de l’œil gauche et un gros hématome ».

« Selon les conseils de l’association SOS homophobie, Frédéric a immédiatement porté plainte auprès des autorités. Les délits de « vol aggravé avec violences » et « les insultes à caractère homophobes » ont été retenus ». Il a ensuite rencontré les médecins du service des Urgences médico-judiciaires de l’Hôtel Dieu qui lui ont reconnu 7 jours d’ITT (Incapacité totale de travail).

APPEL À TÉMOIN
« Frédéric, très choqué par cette sauvage agression, n’est pas en mesure dans l’immédiat d’identifier formellement ses agresseurs. Il souhaite donc au travers de ce communiqué, demander à toute personne pouvant apporter des précisions concernant cette agression de bien vouloir se manifester, afin que justice soit faite ».

« Le jeune homme, son conjoint, ses ami-e-s et sa famille tiennent également particulièrement à remercier la centaine d’internautes qui leur ont témoigné amitié et soutien durant ces derniers jours via Facebook. Si rien n’effacera jamais la violence subie cette nuit-là et qui aurait pu avoir des conséquences encore bien plus tragiques, Frédéric et ses proches croient au principe fondateur de notre République : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Les véritables responsables de cet acte inqualifiable ne sont malheureusement pas uniquement les trois individus qui ont porté les coups. Si la gravité de leur acte mérite à l’évidence une sanction pénale, on ne peut surtout ressentir pour eux que pitié pour tant d’ ignorance et de mépris. Mais cette agression, loin d’être isolée, prend place dans un contexte social malheureusement propice à l’homophobie ».

À travers ce témoignage, la victime et ses proches évoquent également les moyens qui leur semblent indispensables pour combattre efficacement l’homophobie : « Il faudrait qu’elle soit reconnue (ainsi que la lesbophobie et la transphobie) comme une atteinte à la dignité des personnes ; que les autorités qui nous gouvernent sensibilisent les populations à ce problème dès le plus jeune âge. Il ne sert à rien de mener une politique répressive lorsqu’on n’éduque pas les futurs citoyens, et ce, quelles que soient leurs origines géographiques, ethniques, sociales ou religieuses ; que soient réellement condamnés les propos et dérapages homophobes des élu-e-s de la République, de responsables religieux, d’artistes et de sites internet comme l’actualité récente l’illustre encore tristement ».

Et le communiqué de conclure : « Le cas de Frédéric est loin d’être isolé. Son histoire pourrait être la vôtre ou celle des gens que vous aimez, et si cela ne s’était pas déroulé dans un restaurant, que Frédéric ne parvienne pas à prendre la fuite, on imagine les conséquences dramatiques de tels comportements encore aujourd’hui banalisés. Aussi, il est temps de réagir, de se mobiliser, par une véritable politique de prévention de l’homo-, lesbo- et transphobie, pour que ce qui s’est passé cette nuit-là pour Frédéric ne se produise pas demain pour d’autres hommes ou femmes simplement coupables, en 2010, d’être « différents » ».

Si vous avez été témoin de l’agression, vous pouvez vous faire connaître en écrivant à fr.victime_homophobie@yahoo.fr

Envie de plus d’infos Yagg ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg !

Cet article vous a intéressé-e ? Partagez-le grâce aux boutons ci-dessous.