Sexion d’Assaut sous le feu des critiques et des annulations

Publié le

Sale temps pour les rappeurs de Sexion d'Assaut dont la liste des concerts annulés s'allonge de jour en jour, après la vague d'indignation suscitée par les propos homophobes du groupe.

Sale temps pour les rappeurs de Sexion d’Assaut dont la liste des concerts annulés s’allonge de jour en jour, après la vague d’indignation suscitée par les propos homophobes du groupe (lire Une interview homophobe de Sexion d’Assaut secoue le net).

ÉTHIQUE
Après Angers et Saint-Étienne, mais aussi Clermont-Ferrand, voici que Caen et Guivapas (près de Brest) décident de se passer de la venue du groupe n°1 des ventes en France. Après réflexion, la direction du Cargö à Caen a finalement choisi dimanche soir d’annuler le concert prévu le 7 octobre, craignant « des risques liés à l’ordre public et à la sécurité des biens et des personnes », rapporte Gaynormandie.com. Un peu plus tôt, son co-directeur affirmait dans les colonnes de Ouest-France : « Ce groupe ne correspond pas à notre éthique. Sexion d’Assaut touche au droit à la différence ».

À Guivapas, près de Brest, ce sont les élus de la commune qui ont décidé de ne pas autoriser la prestation de Sexion d’Assaut, prévue le 10 octobre, dans le souci de « protéger le jeune public ». « Les avis étaient partagés », explique Alain Queffélec, le maire de Guipavas, à Ouest France. « Puis on a écouté attentivement les paroles des chansons de Sexion d’Assaut. Et l’on s’est rendu à l’évidence : homophobie, mais aussi racisme et misogynie, sont le fonds de commerce de ces chanteurs. »

Ensemble pour l’égalité, l’association LGBT locale qui avait alerté les élus, déclare ne pas avoir voulu cette annulation : « Avant de prendre une décision définitive, nous aurions souhaité nous entretenir avec les responsables de cette affaire en face à face. Afin de constater si [les] regrets [du groupe] sont réels ou instrumentalisés par une maison de disque en situation de crise », confient à Ouest France les responsables de l’association.

Jean-Jacques Lasserre, le gérant du Ramier, à Toulouse, où le groupe doit se produire le 22 octobre prochain, ne veut pas entendre parler d’annulation. « Je n’ai plus à prouver mon ouverture d’esprit », déclare-t-il dans une interview à la Dépêche.fr. « Je suis propriétaire du Kléo, une discothèque où la communauté homosexuelle de Toulouse a ses habitudes. On ne peut pas me traiter d’ »homophobe » ! ». Quant à l’homophobie exprimée par Sexion d’Assaut, Jean-Jacques Lasserre parle de « dérapage linguistique » qu’il attribue davantage « à une erreur de jeunesse qu’à un comportement à caractère homophobe ».

Selon Éric Bellamy (cité par LeParisien.fr), de la société Yuma Productions qui gère les concerts de Sexion d’Assaut, le groupe « souhaite désormais rencontrer physiquement les associations pour s’expliquer ».

« STOP À L’HYPOCRISIE ! »
Interdire ou ne pas interdire les concerts ? Telle est la question que semblent se poser en ce moment les associations LGBT qui montent au créneau et qui, pour certaines, souhaitent élargir le débat en impliquant d’autres responsables (producteurs, diffuseurs, etc.).

« Stop à l’hypocrisie, les responsables sont multiples ! » clame dans un communiqué la LGP Montpellier LR (Sexion d’Assaut doit se produire à Montpellier le 24 octobre prochain). L’association, qui dénonce les propos homophobes du groupe mais ne réclame pas l’annulation du concert, « s’interroge quant aux différentes responsabilités qui conduisent à permettre à de tel(s) groupe(s) ou pseudo-artiste(s) de partir dans une croisade « anti-pédé » en toute impunité. Il s’agit bien pour nous de pointer du doigt toute une chaîne industrielle pour qui l’argent n’a pas d’odeur et pour qui la loi ou la morale passe après leur bénéfice. En effet, nous ne pouvons accepter ni comprendre que Sony Music France, maison de disques de ce groupe, ainsi que l’ensemble des acteurs promotionnels (producteur, agent, manager, tourneur, responsable de salle) de Sexion d’Assaut feignent de découvrir aujourd’hui seulement l’homophobie nauséabonde de leurs poulains ».

NRJ, CSA, ARPP…
Le Collectif contre l’homophobie (CCH), de son côté, « demande à NRJ de clarifier sa position ». L’association a « constaté ce dimanche 3 octobre que la radio NRJ diffusait des messages publicitaires pour l’album du groupe Sexion d’Assaut », alors que cette même radio avait décidé fin septembre de suspendre une opération de promotion liée au groupe et la diffusion de titres homophobes sur son antenne. Le CCH a également « saisi le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) et l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité) pour obtenir l’intervention diligente de ces deux autorités auprès des médias français afin de leur demander de cesser la diffusion de toutes les chansons incriminées et de tout message publicitaire pour un album contenant des propos passibles de poursuites pénales ».

« PARTICIPATION INCONCEVABLE »
Pour Ian Brossat, président du Groupe communiste et élus du Parti de Gauche au Conseil de Paris, l’annulation du concert de Sexion d’Assaut prévu demain, mardi 5 octobre, au Zénith de Paris, dans le cadre de Orange RockCorps, une opération qui fait la promotion du bénévolat chez les jeunes, est une évidence. « Participation inconcevable », écrit Ian Brossat dans un communiqué. « Le message adressé aux jeunes serait absurde : « Pour vous remercier de votre engagement bénévole au service des autres, venez écouter un groupe qui prône la violence et appelle au meurtre » ! », poursuit-il.

L’annulation, c’est aussi le vœu formulé avec fermeté par la section strasbourgeoise de la Ligue des Droits de l’Homme (Sexion d’Assaut doit se produire à La Laiterie le 20 octobre). Dans une interview réalisée par le yaggeur Paul Denton sur son blog, l’association estime « inacceptable qu’en France, et donc à Strasbourg, soient programmés en concert des groupes qui clament publiquement leur haine d’une catégorie d’individus, et qui promeuvent une idéologie violemment discriminatoire ». « La liberté d’expression est essentielle, poursuit-elle, mais proférer de telles paroles dans une chanson, surtout lorsqu’on est un groupe si populaire, n’est pas tolérable. »

Rappelons que Sexion d’Assaut doit représenter la France aux MTV Europe Music Awards qui auront lieu à Madrid le 7 novembre prochain.

[Mise à jour, 5/10/10 à 15h30] Le concert de Sexion d’Assaut prévu à Marseille le 26 octobre a été annulé par le producteur du groupe, suite aux pressions d’associations LGBT locales dont Tous & Go et G-stud. À Montpellier également, le concert prévu le 24 octobre a été annulé. Dans un communiqué, le Collectif contre l’homophobie en prend acte et souhaite « ardemment que cela provoque une réelle prise de conscience chez les membres du groupe contre lesquels [il ne nourrit] aucun ressentiment. » Et d’ajouter : « Nous pensons qu’un dialogue permettant à toutes les parties du dossier d’en sortir par le haut est possible. En effet, il n’est pas dans nos intentions de compromettre durablement et définitivement l’avenir de ce groupe, mais seulement d’obtenir un engagement de sa part à ne pas réitérer des propos homophobes dans ses chansons, ainsi que de mettre un terme à la reproduction et à la diffusion des titres incriminés. Si les membres de Sexion d’Assaut s’en saisissent, ils seraient le premier groupe français à s’engager dans une démarche éthique de cette nature. »

Envie de plus d’infos Yagg ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg !

Cet article vous a intéressé-e ? Partagez-le grâce aux boutons ci-dessous.