Martina Navratilova, Laure Manaudou, Yoann Gourcuff, Céline Dumerc: Des bonnes et des moins bonnes nouvelles sur le front du sport

Publié le

Martina Navratilova est en rémission, Laure Manaudou de retour dans une piscine, Yoann Gourcuff à nouveau en bleu, les basketteuses françaises défaites de justesse: c'est notre chronique sport du samedi.

La victoire de Martina. Six mois après avoir révélé qu’elle souffrait d’un cancer du sein, Martina Navratilova est tirée d’affaire : « Techniquement, je n’avais plus de cancer après l’opération en mars, a-t-elle expliqué, citée par People. Mais il y a eu la radiothérapie pour être sûr de tuer les éventuelles cellules cancéreuses qui seraient restées ». Martina, qui fêtera ses 54 ans le 18 octobre, parle de six semaines difficiles : « La radiothérapie aspire votre énergie comme un vampire, jour après jour ».

La vie a repris son cours. « Je ne parlais pas beaucoup du cancer du sein avant d’en avoir un, explique-t-elle. J’ai rencontré des femmes qui m’ont raconté leurs histoires. C’est encourageant de voir qu’il y a une vie après la maladie ». Au fil des jours, la championne détentrice de 59 tournois du grand chelem en simple et double, a retrouvé son peps légendaire – en 2000, alors âgée de 43 ans, elle était revenue sur le circuit pour récolter deux nouveaux titres du grand chelem en double mixte, Wimbledon 2003 et l’US Open 2006. Après son cancer, elle a repris le tennis, retrouvé son équipe de hockey sur glace et va apprendre le surf. Aux États-Unis, octobre est le mois du cancer du sein.

Laure recommence à compter les carreaux. C’est le buzz de cette fin de semaine. Laure Manaudou a recommencé à « compter les carreaux » – de l’expression taquine des nageurs sur les longueurs qu’ils s’avalent à l’entraînement – avec le Cercle des nageurs de Marseille (CNM) où s’entraîne également Frédérick Bousquet, son compagnon.

Résumé des épisodes précédents. Championne olympique du 400 mètres à Athènes, Laure Manaudou poursuit sur sa lancée en devenant championne du monde de la distance un an plus tard, titre qu’elle conservera à Melbourne en 2007, l’agrémentant de celui du 200 mètres. La nageuse est alors le turbo d’une natation française qui va bientôt compter parmi les meilleures nations du moment avec Alain Bernard, Coralie Balmy ou Frédérick Bousquet, notamment.
Mais la belle a la bougeotte, quitte son entraîneur de toujours Philippe Lucas, s’envole en Italie pour se rapprocher de son petit ami de l’époque Luca Marin, avant de rentrer chez elle à Ambérieu, puis de faire un crochet par Mulhouse. Une dernière escale à Marseille avant d’annoncer sa retraite en janvier 2009. En avril 2010, Laure Manaudou et Frederick Bousquet ont eu une fille.

Il n’est pas rare de trouver des mamans dans le sport. Ainsi Laura Flessel ou Kim Clijsters qui ont très vite retrouvé la lumière des victoires après avoir consenti à un entraînement intensif.

Retour, pas retour ? « J’ai en effet eu envie de me remettre à l’eau, au Cercle des nageurs de Marseille, club dont je suis toujours licenciée, a indiqué Laure Manaudou dans un communiqué, hier. Après 2 ans d’arrêt, j’ai ressenti le besoin de retourner dans une piscine afin de savoir si je pouvais retrouver le plaisir de nager. Un plaisir qui m’a manqué et qui revient aujourd’hui petit à petit. Je comprends et j’apprécie l’enthousiasme que peut susciter, pour les médias et le public, l’espoir de me revoir nager au plus haut niveau, mais il est à ce stade irréaliste pour moi d’envisager tout retour à la compétition. » Bon, d’accord. C’est dommage car Laure Manaudou de retour dans les bassins, ce serait un peu comme retrouver la pièce du puzzle qui avait glissé sous le canapé : elle manque à la natation française. Avant et au-delà des chroniques people, elle a été une immense nageuse. Alors, ce communiqué ? Pas une bonne nouvelle.

Yoann et Dimitri voient la vie en bleu. Il est à la peine à Lyon mais il a la confiance de Laurent Blanc pour les matches de qualification pour l’Euro 2012 contre la Roumanie et le Luxembourg les 9 et 12 octobre. Yoann Gourcuff figure sur la liste des 23 sélectionnés. Pour les deux hommes qui ont fait les beaux jours de Bordeaux champion de France 2009, c’est un peu reconstitution de ligue dissoute. On espère que cela va remonter le moral de Yoann Gourcuff qui a purgé deux matches de suspension à la suite de son carton rouge, lors du Mondial, contre l’Afrique du Sud.

L’autre bonne nouvelle du moment, c’est la première sélection de Dimitri Payet, véritable moteur de Saint-Etienne avec sept buts marqués depuis le début de la saison. Le club est premier de la ligue 1, il a gagné le derby contre Lyon samedi dernier – le premier depuis 1994 – grâce à un but de Payet… qui passe donc du vert au bleu. Les deux dans la même équipe ? Que du bonheur.

Rome, ville ouverte. Ces derniers temps, Rome a défrayé la chronique pour des agressions homophobes. Dans le contexte, cette nouvelle qui ouvre une porte : la capitale italienne accueille son premier tournoi de tennis LGBT, annonce l’agence de presse italienne Aki. Le maire, Gianni Alemanno fera partie des officiels, 250 athlètes d’une douzaine de pays prendront part à la compétition.

« Nous espérons que Rome devienne la capitale d’un sport tendu vers l’égalité et la lutte contre l’homophobie, a déclaré Imma Battaglia, la présidente de Gay Project, qui organise le tournoi avec Yellow Tennis Rome.

Les Bleues de justesse. C’est le truc avec le basket. Une poignée de secondes suffit à faire tourner un match. Les Françaises menaient, hier soir, en quart de finale des championnats du monde, face à l’Espagne. Deux lancers francs ratés par Céline Dumerc, capitaine courageuse et intransigeante, deux attaques adverses, les Espagnoles ont arraché la prolongation puis la victoire en un final terrible de suspense. Les demi-finales opposeront ce samedi, l’Espagne aux États-Unis et la République tchèque à la Biélorussie. Bon week-end.

Envie de plus d’infos Yagg ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg !

Cet article vous a intéressé-e ? Partagez-le grâce aux boutons ci-dessous.