Après l’annulation du concert de Sizzla, la maire de Montpellier réaffirme l’importance du « vivre ensemble »

Publié le

Le timing est un peu étrange mais l'intention est là.

Hélène Mandroux

Le timing est un peu étrange mais l’intention est là. Après l’annulation du concert de Sizzla prévu à Montpellier le 23 septembre dernier, Hélène Mandroux, la maire PS de la ville, a réaffirmé vendredi 24 septembre, son opposition à la tenue de tels concerts « sur le territoire de [sa] commune en raison de la teneur violente et discriminatoire, notamment à caractère homophobe, de certaines chansons de Sizzla ».

« Le respect de la différence, la tolérance, le vivre ensemble sont des valeurs que je promeus au quotidien », souligne-t-elle, mettant de façon un peu tardive « solennellement en garde les organisateurs de ce concert : en programmant délibérément et en connaissance de cause cet artiste, ils doivent mesurer la gravité de ce choix et en assumer le cas échéant la responsabilité ».

Midi Libre, qui a visiblement une dent contre l’association Tjenbé Rèd, section française de la campagne Stop Murder Music contre les chanteurs dont les chansons appellent à la violence homophobe, y voit matière à polémique. On retiendra surtout que le message doit être répété encore et encore.

Envie de plus d’infos Yagg ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg !

Cet article vous a intéressé-e ? Partagez-le grâce aux boutons ci-dessous.