Le collectif UrbanPorn, à Lille: « On fait du politico-ludique »

Publié le

En février dernier, le collectif UrbanPorn avait recouvert de rose la statue de Jeanne d'Arc à Lille, une action qui avait fait du bruit. Mais qui sont ces féministes, queers, trans’, pédés, gouines à la démarche aussi artistique que militante? Interview.

UrbanPorn, ça vous dit quelque chose ? Ce collectif s’était fait connaître il y a quelques mois avec une action originale, qui avait fait du bruit.

Le 22 février dernier, celui-ci avait recouvert de rose la statue de Jeanne d’Arc à Lille, l’habillant de slogans tels que « Godes save the Queers » ou encore « Je ne suis pas la pucelle catho facho pour qui on me fait passer » et « je pisse sur l’identité nationale ». Une action qui avait suscité toutes les interprétations de la part des différentes associations LGBT locales (lire notre article).

C’est aussi ce même collectif qui avait organisé en janvier Culture Touf, une expo participative de clichés pubiens (lire notre article).

UrbanPorn, c’est donc un collectif de féministes, queers, trans’, pédés, gouines, à la démarche aussi artistique que militante, aussi décalée que politique. Dans une interview pour Yagg, Queero, l’un de ses membres, nous en dit un peu plus.

UrbanPorn, c’est quoi ? C’est un collectif qui a deux ans, un peu informel, féministe, queer et prosexe. On a plusieurs activités. On fait du politico-ludique. On travaille sur les identités de genre, les identités de sexe, le postporn, les théories queer, sur plusieurs projets indépendants les uns des autres. On travaille en ce moment sur notre live Strap-on dildoS, un mélange de mix vidéo de plusieurs de nos actions, de musique, avec une bande-son spécialement créée pour l’occasion et de performances live. On a récemment tourné à Nantes, Montréal, Genève, Rome, Paris et Rennes. C’est devenu notre principale activité. On fait aussi parfois plus d’activisme comme notre action sur la statue de Jeanne d’Arc. Dans ce collectif, il y a un noyau dur de six personnes auxquels s’ajoute plein de gens qui s’investissent sur une action ou une autre. Sur Jeanne d’Arc, par exemple, on était une trentaine.

C’était quoi au juste cette action sur la statue de Jeanne d’Arc ? C’est parti d’une amie qui travaille sur Les sorcières contemporaines : des personnes de sexe féminin, stigmatisées, et en marge de la société. Elle nous a demandé de participer à son docu. Cette action sur une figure emblématique nous permettait en même temps de faire passer notre message. On a aussi pu l’associer au débat politique sur l’identité nationale et il était intéressant de toucher à une figure politique souvent utilisée par le FN. C’était donc une action qui permettait de jouer sur plusieurs tableaux, une action pluridisciplinaire en quelque sorte. On ne s’attendait pas à ce qu’elle ait autant d’impact.