« Le Baiser de la Lune »: l’Inter-LGBT écrit à son tour à Luc Chatel

Publié le

Après la virulente réaction de Christine Boutin, l'Inter-LGBT riposte et adresse à son tour un courrier au ministre de l'Éducation, tandis que la mairie de Rennes réaffirme son soutien au projet.

La polémique continue d’enfler autour du film d’animation Le Baiser de la Lune, destiné aux enfants de CM1/CM2 (lire notre article et voir la bande-annonce). Après la virulente réaction de Christine Boutin, le week-end dernier, qui avait écrit au ministre de l’Éducation nationale pour demander l’interdiction de la diffusion de cette histoire d’amour entre un poisson-chat et un poisson-lune (lire notre article), l’Inter-LGBT a riposté et a adressé à son tour un courrier à Luc Chatel. Une lettre dans laquelle l’association ne manque pas de rappeler au ministre ses engagements en matière de lutte contre les discriminations et ses responsabilités, en insistant sur le rôle de l’école en matière d’éducation à la sexualité.

En voici quelques extraits :
« Vous n’êtes pas sans savoir qu’en 2010, en France, l’homophobie et la transphobie perdurent, avec des conséquences parfois dramatiques. Elles peuvent pousser au suicide des adolescent-e-s ou les empêcher de s’épanouir dans leur scolarité, lorsqu’elles génèrent dans les établissements scolaires un climat de rejet. Que ce soit pour les élèves mais aussi pour les personnels homosexuel-le-s ou transsexuel-le-s, l’école peut très vite devenir un lieu difficile à vivre ».

« L’éducation à la sexualité, dont les textes prévoient pourtant trois séances annuelles par niveau, ne bénéficie pas à l’ensemble des élèves, la lutte contre les discriminations et les préjugés LGBT-phobes est laissée bien souvent aux seules interventions d’associations. (…) Rien ne peut remplacer l’engagement de tout le corps enseignant, ni les programmes et les manuels scolaires qui devraient aborder ces questions quand le sujet le justifie ».

 » (…) concernant la lutte contre les discriminations, les circulaires adressées aux chefs d’établissements scolaires pour les rentrées 2008 et 2009 précisent que « la communauté éducative doit faire preuve de la plus grande vigilance et de la plus grande fermeté à l’égard de toutes les formes de racisme, d’antisémitisme, d’homophobie et de sexisme. Tout propos, tout comportement qui réduit l’autre à une appartenance religieuse ou ethnique, à une orientation sexuelle, à une apparence physique, appelle une réponse qui, selon les cas, relève des champs pédagogique, disciplinaire, pénal ou de plusieurs d’entre eux ».