Trans' : « La déclassification, c’est classe », par Hélène Hazera

Publié le

Après l'annonce par Roselyne Bachelot de la déclassification de la transsexualité de la liste des maladies mentales, Hélène Hazera, journaliste et militante, livre une réflexion sur les abus du passé et d'aujourd'hui, ainsi que sur les combats qu'il reste à mener pour la communauté trans'.

trans arizona
Le drapeau trans - nito / Shutterstock
Article Prémium

Hélène Hazera, journaliste et productrice de l’émission Chanson Boum sur France Culture, est une militante infatigable des droits des trans’ et de la lutte contre le VIH, notamment au sein d’Act Up-Paris. Après l’annonce par Roselyne Bachelot de la déclassification de la transsexualité de la liste des maladies mentales, à l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, le 17 mai dernier, Hélène, à partir de fragments de son histoire comme d’histoires que lui ont racontées des proches, livre une réflexion sur les abus du passé et d’aujourd’hui, ainsi que sur les combats qu’il reste à mener pour la communauté trans’. « LA DÉCLASSIFICATION, C’EST CLASSE », PAR HÉLÈNE HAZERA J’ai fait mon parcours sans les psys. Quand j’ai démarré ma transition, vers 1975 (je n’ai jamais été « un homme avant », pas un HVF, à la rigueur FVF, « Folle vers Femme » ou « non-homme vers Hélène »), les traitements du transsexualisme étaient…

Pour continuer la lecture de cet article :

Vous avez déjà un accès ?

Identifiez-vous