États-Unis: Un député du Tennessee veut empêcher les profs de parler d’homosexualité

Publié le

Jusqu'en 2000 en Écosse et 2003 dans le reste du Royaume-Uni, la Section 28 interdisait à un enseignant de parler de façon positive d'homosexualité. Aussi étrange que cela puisse paraître, il ne s'agissait pas d'un héritage des lois victoriennes mais d'une disposition de 1988. En 2009, on aurait pu croire une telle époque révolue. Que […]

Jusqu’en 2000 en Écosse et 2003 dans le reste du Royaume-Uni, la Section 28 interdisait à un enseignant de parler de façon positive d’homosexualité. Aussi étrange que cela puisse paraître, il ne s’agissait pas d’un héritage des lois victoriennes mais d’une disposition de 1988. En 2009, on aurait pu croire une telle époque révolue. Que nenni !

Un représentant du Tennessee a soumis au parlement de l’État une proposition de loi baptisée « Don’t Say Gay » dont l’objectif est… d’empêcher les enseignants de parler d’homosexualité à leurs élèves. « Je trouve que nos professeurs doivent se concentrer sur l’enseignement de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique, a déclaré Stacey Campfield dans un reportage de la chaîne locale NewsChannel5 (vidéo ci-dessus). Cela sème la confusion chez de nombreux enfants pour qui c’est déjà une période compliquée, et c’est un sujet très complexe. »

Ce qui évidemment hérisse le poil des militants LGBT, dont Chris Sanders du Tennessee Equality Project, qui rappelle que l’homosexualité ne figure pas dans les programmes scolaires mais qu’interdire d’aborder un sujet peut faire penser que c’est parce que c’est mal. La commission sur l’éducation a décidé de ne pas se décider pour l’instant, et a reporté l’examen du texte à l’année prochaine.

Judith Silberfeld