Carnet de bord/ « España, te quiero », par Dominique Chaudey (épisode 5): « Drags en folie »

Publié le

Il y a quelques mois, le journaliste Dominique Chaudey a décidé de tout quitter – son pays, son job, ses amis — pour s'installer à Valencia, en Espagne, où l'attendent une nouvelle vie… et un nouvel amour. Pour Yagg, il a accepté de tenir la chronique de cette expérience. Épisode 5: "Drags en folie"Il y […]

Il y a quelques mois, le journaliste Dominique Chaudey a décidé de tout quitter – son pays, son job, ses amis — pour s’installer à Valencia, en Espagne, où l’attendent une nouvelle vie… et un nouvel amour. Pour Yagg, il a accepté de tenir la chronique de cette expérience.

Épisode 5 : « Drags en folie »
Il y a quelques jours, j’avais l’intention de vous parler de la gastronomie espagnole. Si si ! Elle existe ! Il y a une autre vie après l’huile d’olive même si j’ai parfois l’impression de la transpirer. La aceite de oliva est partout. Et puis il y a une semaine, j’ai changé d’avis en rentrant d’une cena arrosée (les Espagnols arrosent beaucoup, mon foie est là pour en témoigner) où j’ai testé le sandwich Shrek, un truc un peu étrange avec des épinards et de l’avocat. Un conseil de copine en passant pour ne pas avoir l’air ridicule comme moi : l’avocat-fruit se dit aguacate et non abogado, l’avocat du tribunal. Si vous demandez un bocadillo con abogado, vous passerez pour un pervers, pointu certes, mais pervers, genre « j’ai envie d’un plan touze avec Jacques Vergès et Gilbert Collard ». Beurk, aussi excitant que mon sandwich Shrek (la couleur, pareil !).

J’ai donc changé d’avis. Je suis tombé sur la retransmission en direct du Gala Queen de Las Palmas sur la Primera. Et là, il faut que je vous raconte ce grand moment de télévision.

Pour que vous saisissiez vraiment ce que j’ai vécu ce soir-là, je vais tenter d’imaginer ce que serait ce programme en France. Imaginons donc sur France 2, en prime time, Jean-Pierre Foucault qui animerait un show en direct de Cannes où les téléspectateurs voteraient par SMS ou par téléphone pour élire… la drag-queen de l’année ! Le tout devant 10 000 personnes (abuelas incluses) qui hurlent pour leur candidate préférée. Et cerise sur le gâteau, les maires des plus grandes villes – au premier rang – qui viennent soutenir les girls (financièrement d’abord, le gala est financé par la ville de las Palmas et la région des Canaries). En gros, imaginons Jean-Claude Gaudin qui dit à l’antenne : « Votez pour Mona Lisa, elle est démente cette année ! ».

Les quinze candidates m’ont fait hurler de rire. Pas mon Javier, qui a cru que je me moquais. En première partie, un des finalistes 2008 de la Star Ac locale, Chipper, nous ressort un Don’t Leave Me This Way dont seules les folles ont le secret ! Oui, folle, car le garçon en question avait fait sensation l’an dernier en recevant pour son anniversaire au château… son mari ! Vaya ! Viva España !

Toutes les drags sont sponsorisées par tous les coiffeurs et les maquilleurs d’Espagne. La drag Armagedon (je n’invente rien) a même été parrainée par un centre de thalasso ! Et la drag Legora par un atelier de mécaniciens… On fantasme là. Les costumes sont à mi-chemin entre Alien (la bête, pas Sigourney) et le carnaval de Rio. Géants, déments, démesurés. Les semelles ne sont pas compensées, ce sont des échasses.

Des années de nuit à Paris m’ont rompu à toutes les excentricités imaginables. Les pires surtout. Il y a bien longtemps que je n’avais ressenti ce petit pincement au cœur plein de tendresse pour ces créatures. Et quand la gagnante, Crisalidrag (voir vidéo ci-dessus) a chanté en espagnol dans le texte : « Soy esto que soy » (comprenez I Am What I Am), j’ai pris mon portable et j’ai envoyé « 13 » au 5400 ! Oh ça va, il y a deux ans, j’ai bien voté pour Miss Dominique à la Nouvelle Star pour qu’elle aille faire deux mois plus tard un concert à l’UMP !

Prochainement : Heureusement que je reçois Arte ici, je pourrais prendre Enrique Iglesias pour Julien Doré !

Conseil du jour pour jouer à l’Espagnol : Si tu veux finir vivant, l’apéro tu ne commenceras pas à 19 heures. Il finit à 23 heures !