Tennis: Les championnes font la fête à Billie Jean King

Publié le

Serena Williams a gagné une finale en battant sa sœur Venus (6-4, 6-3), hier, lundi 2 mars. Banal? Pas vraiment. L’affaire s’est passée au mythique Madison Square Garden de New York où les joueuses n’avaient plus mis les pieds depuis les Masters de 2000, et était retransmise sur la chaîne payante HBO. Mais surtout, la […]

Serena Williams a gagné une finale en battant sa sœur Venus (6-4, 6-3), hier, lundi 2 mars. Banal ? Pas vraiment. L’affaire s’est passée au mythique Madison Square Garden de New York où les joueuses n’avaient plus mis les pieds depuis les Masters de 2000, et était retransmise sur la chaîne payante HBO. Mais surtout, la joueuse américaine a remporté la Billie Jean King Cup (voir ci-dessous les deux bandes-annonces, celle du Madison Square Garden et celle de HBO).

Lundi, c’était un peu la sainte Billie Jean. Le tennis féminin ne rate jamais une occasion de célébrer cette femme qui a révolutionné ce sport avec la création de la Women Tennis Association, la WTA, en 1973, consacrant sa professionnalisation et une plus grande visibilité. Billie Jean King s’est battue, notamment, pour l’égalité des prix dans les tournois du grand chelem. Au passage, cette ancienne joueuse a gagné 12 tournois du grand chelem en simple, 16 en double et 11 en double mixte. Chapeau bas.

Pour la communauté, elle est aussi la première grande sportive à assumer son homosexualité, même si elle n’a pas choisi elle-même de la révéler.

Les spécialistes de tennis sont habitués à ces hommages tout au long de l’année, de l’US Open aux Masters, auxquels Billie Jean King se prête de bonne grâce et pour la bonne cause, toujours. La Billie Jean Kean Cup, avec également Ana Ivanovic et Jelena Jankovic, était en effet l’attraction principale d’une nuit du tennis américain qui permet de lever des fonds pour promouvoir ce sport auprès des jeunes. À 65 ans, Billie Jean King n’en a pas fini avec les combats. Normal et bien mérité que le tennis lui fasse la fête si souvent… et c’est encore mieux quand Serena gagne à la fin.

Bénédicte Mathieu